Le réchauffement climatique

J’habite à Zirl, un petit village au Tyrol, pas très loin d’Innsbruck. Quand j’étais enfant, j’étais habitué à des hivers froids et très enneigés. Ces dernières années, la neige se fait rare dans la vallée de l’Inn (ou Inntal, l’Inn étant le fleuve principal du Tyrol). Comme aujourd’hui : nous sommes le 31 janvier, il pleut au lieu de neiger, et la pluie balaiera les derniers restes de la neige tombée il y a déjà quelques temps. En montagne, il y a de la neige. Même s’il n’en était pas tombé, la neige artificielle permettrait de toute façon de skier. Le ski est le principal attrait des touristes en hiver, et donc la priorité numéro un dans notre pays.
Cet hiver va sûrement être l’un des plus chauds jamais enregistrés ici, avec des températures printanières montant jusqu’à 15 ou 16 degrés.
Pour illustrer notre hiver, j’ai peint une aquarelle d’Innsbruck vue de la place du marché donnant sur la Mariahilfstraße, de l’autre côté de l’Inn. Comme vous pouvez le constater, il y a très peu de neige, laissant place à des flaques d’eau sur la rue.
Mariahilfstraße Innsbruck Winter Aquarell Marktplatz
Innsbruck en hiver
Aquarelle, 24 x 32 cm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *